VENIR À LA SOFOR

Plan Google maps

Itinéraires détaillés

Se loger près de la SOFOR

NOUS CONTACTER

SOFOR
15 rue de Belgique
33800 Bordeaux

Tel : 05.56.91.39.58
Fax : 05.56.94.15.72

sofor@club-internet.fr

LE PLANNING

Télécharger le planning des formations 2017

S'inscrire à une formation


Quel avenir pour la psychiatrie de secteur ?

Colloque organisé par : La SOFOR
Lieu : CH Libourne
Date : 17 septembre 2005

Plaquette du colloque

Description du colloque

Dans le même temps (années 70, 80, 90) que se fermaient progressivement, en lien avec le développement des dispositifs du « secteur », nombre de lits dans les hôpitaux psychiatriques, la demande de soin psychique s'accroissait considérablement dans la population, tandis qu'au tour de la même période les repères sur lesquels tout un chacun pouvait traditionnellement s'appuyer en cas de difficulté s'estompaient et le tissu social et familial s'atomisait.

Les théories et les pratiques innovantes des années 60 a 80, s'accompagnant d'un engagement militant contre l'aliénation asilaire et prônant des interventions clans la communauté, ont vu leur impact peu à peu s'émousser et le développement des alternatives à I' hospitalisation s'est réalisée de façon très inégale et sans doute insuffisamment adaptée.

Nous assistons par ailleurs, depuis la promulgation de la loi de 1990 sur les hospitalisations en psychiatrie qui était censée hurnaniser la vieille loi de 1838 et renforcer la garantie de liberté des patients, à une explosion du nombre des hospitalisations sans le consentement du patient (pros de 100% de plus en presque 15 ans).

Parallèlement, et malgré la mise en place de la loi de 1975 en faveur des personnes handicapées, révolution s'est affirmé d'une chute dans la précarité d'un nombre de plus en plus grand de personnes souffrant psychologiquement, avec comme corollaire une exclusion du champ social barrant l’accès aux soins toutes ces personnes rendues par le fait incapables d'en soutenir elles-mêmes la demande.

La recrudescence de demandes d'hospitalisation en urgence (y compris les demandes d'hospitalisation libre) semble reposer notamment sur

- une incapacité croissants de la société à prendre en considération de façon pertinente et adaptée nombre de problèmes non uniquement médicaux et parfois non initialement urgents ;

- le repérage concomitant des urgences hospitalières comme réceptacle de tous ces rnalaises avec obligation faite aux professionnels d'y apporter des réponses immédiates par des mesures prises souvent par défaut et elles-rmêmes fréquemment inadapt6es ;

- dans un tel contexte, l'orientation soutenue et parfois prévalent vers des services d'hospitalisation en psychiatrie notoirement sursatures, à défaut d'alternatives (accueil et intervention de crise en ambulatoire) et/ou à défaut d'un entourage sur lequel s'appuyer.

A nous, acteurs de la psychiatrie, une société manifestement malade demande avec insistance des résultats accrus, de « qualité », pour la santé mentale de la population, en nous retirant dans le même mouvement la reconnaissance institutionnelle dont nous disposions autrefois, en n'affirmant -jusqu'au tout récent plan de santé mentale - aucune véritable volonté politique et en ne dotant nos missions de quasiment aucun moyen supplémentaire que justifierait le considérable accroissement de leur ampleur.

Ces désadaptations et inadéquations en chine, témoignant de l’actualité du malaise dans notre société « libérale », motivent a l'évidence une urgente raison d'agir, pour nous, acteurs de la santé, mais aussi pour vous citoyens, politiques, travailleurs sociaux, représentants des patients et des familles, praticiens et théoriciens de la psychanalyse et des sciences humaines.



La SOFOR - Association « Loi de 1901 » N°72.33.00625.33 - 30 juillet 1984 - Préfecture de la Gironde
Siège social : 15, rue de Belgique - 33800 Bordeaux - Siret 330 665 464 00039 - code APE 8559 A